Accueil du site
Région Aquitaine
OK
Imprimer cette page Envoyer cette page à un ami
Actualités du groupe Socialistes, PRG, apparentés

Articles de cette rubrique

Journal Aquitaine infos n°2 - 16/01/2012
Le numéro 2 d’Aquitaine Infos, daté de janvier 2012, est consacré au Budget Primitif 2012 de la Région Aquitaine.
Cliquez ci-dessous :
PDF - 1.1 Mo
Aquitaine infos N°2
Des lendemains qui changent - 16/01/2012
Editorial de Stéphane Delpeyrat-Vincent, président du groupe socialiste, PRG et apparentés dans le numéro 2 d’Aquitaine Infos

La croissance replonge, le chômage explose, les déficits publics se creusent. La crise s’installe durablement dans notre pays, malmenant les plus fragiles. Dans ce contexte économique et social tendu, la Région Aquitaine, sous l’égide d’Alain Rousset, maintient le cap et présente un budget ambitieux et cohérent. Grâce à une gestion rigoureuse de l’argent public, menée depuis 1998, notre Région, aujourd’hui la moins endettée de France, est aussi celle qui investit le plus.

Elle porte les grands projets aquitains (Neurocampus, école d’ingénieurs Sud Optique, doublement de la capacité de l’IEP, 1re tranche du plan Campus) et soutient le développement et l’attractivité du territoire (club des Entreprises de Taille Intermédiaire, stratégie à l’export, schéma de l’économie sociale et solidaire, pôles de compétitivité, schéma de l’enseignement supérieur et de la recherche). Pour être au rendez-vous de l’emploi, l’Aquitaine se mobilise pour les jeunes, trop souvent en panne d’avenir, en initiant un dispositif global de la nouvelle chance (accompagnement, orientation, qualification, alternance).

La Région propose aussi aux Aquitains de relever le défi de la sobriété énergétique et continue d’investir pour le report modal, à travers le maillage TER et le projet LGV. Suite à des propos pour le moins ambigus de Nathalie Kosciusko Morizet, les élus régionaux, emmenés par le Président Rousset, ont dû hausser le ton pour faire entendre qu’il n’était pas concevable que la LGV s’arrête à Bordeaux, alors même que, de Tours à la frontière espagnole, les collectivités ont été sollicitées par un Etat impécunieux pour cofinancer très largement les travaux. Début janvier, la ministre des transports a assuré que le projet n’était pas remis en question. Dont acte.

Cependant, nous ne pouvons pas être d’accord avec cette idée trop simple qu’il suffirait de réduire la dépense publique pour réduire le déficit public. En effet, ce ne sont pas les enseignants, garants de la bonne éducation de nos enfants (13% des effectifs auront été supprimés à la fin du quinquennat), pas plus que les services publics de proximité, nécessaires à la survie du monde rural, qui grèvent le budget de l’Etat. Pour preuve, la Révision Générale des Politiques Publiques, à l’origine de tant de sacrifices, ne génère que 500 millions d’économies par an. En revanche, les cadeaux fiscaux, accordés depuis 2007 à des catégories sociales qui n’en avaient nul besoin, représentent 75 milliards, sans aucun bénéfice ni pour la croissance ni pour l’emploi. Où est l’erreur ? Et déjà une nouvelle potion amère se profile. Le gouvernement voudrait réduire de 10 milliards les dotations aux collectivités alors qu’elles portent aujourd’hui près de 70% de l’investissement public.

La situation financière très saine de la Région Aquitaine nous permet de faire face à nos obligations et de préparer l’avenir. Nous avons des priorités : le développement économique, équilibré et durable ; l’emploi et la formation ; l’égalité des chances et l’accompagnement de la jeunesse. Nous nous y tenons. Les Aquitains, tous les Aquitains, peuvent compter sur notre détermination.

En ce début année 2012, je souhaite à chacune et à chacun des lendemains qui changent.

La jeunesse, un espoir à préserver - 10/10/2011
La jeunesse est une chance pour notre pays, un espoir pour notre région, et il est de notre devoir de l’accompagner vers l’autonomie.

Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Vice-Président au sport, à la jeunesse et à la vie associative


La jeunesse française doit faire face depuis de nombreuses années à une conjoncture particulièrement difficile. Que ce soit en matière d’emploi ou de logement, nos jeunes souffrent d’une précarisation sans précédent et d’une stigmatisation produit de préjugés absurdes. Il est scandaleux de constater qu’un jeune ne trouve aujourd’hui un emploi stable qu’au bout de 7 à 10 ans et qu’il aura une vie plus difficile que celle de ses parents. La jeunesse est une chance pour notre pays, un espoir pour notre région, et il est de notre devoir de l’accompagner vers l’autonomie.


L’Etat s’est peu a peu désinvesti des politique jeunesse. Aussi, la collectivité la plus à même de prendre en charge une telle politique est désormais la région. De l’enseignement secondaire au supérieur, elle est la collectivité la plus présente aux côtés des jeunes. L’institution régionale consacre ainsi près de 60% de son budget à la politique jeunesse :avec la formation, la construction et l’entretien des lycées, le sport et les associations mais également le logement étudiant ( la Région Aquitaine a ainsi construit 30% du logement étudiant neuf en France. )


En plein accord avec Alain Rousset, j’ai souhaité faire de la jeunesse une priorité régionale, c’est pourquoi nous avons initié une large concertation dont l’aboutissement a été l’adoption en séance plénière du « Pacte Aquitain pour la Jeunesse ». Le projet final comporte plus de 50 dispositifs sur des thèmes variés allant de l’éducation au logement, en passant par la formation, l’emploi la mobilité , ou la santé. Confiants dans notre jeunesse et désireux de l’aider à réussir par le biais d’une politique cohérente nous souhaitons mobiliser toutes les collectivités d’Aquitaine , les associations et les entreprises parce que préparer l’avenir, c’est d’abord soutenir les jeunes Aquitains.


Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Vice-Président au sport, à la jeunesse et à la vie associative



Tribune de Stéphane Delpeyrat - L’Aquitaine Mai-juin 2011 - 18/05/2011
C’est autant pour des raisons environnementales qu’économiques et sociales que notre groupe soutient pleinement la politique conduite par Alain Rousset et Béatrice Gendreau. L’Aquitaine que nous bâtissons pour demain se fait dans le respect de la diversité des territoires et en partenariat avec les acteurs économiques locaux.

Avec un taux de boisement de 44% contre 28% au niveau national, la forêt fait pleinement partie du patrimoine et de l’identité de l’aquitaine. Son importance n’est pas seulement environnementale. La forêt constitue un atout important : pour notre économie, le tourisme et l’emploi.

La tempête Klaus a été une véritable catastrophe pour cette filière et un traumatisme pour tous les aquitains. Le Conseil Régional a toujours été aux côtés des professionnels et des usagers de la forêt notamment en adoptant le Plan de solidarité et de reconstitution du massif forestier dès le 23 mars 2009 en engageant ainsi 22 millions d’euros sur 3 ans. Mais nous ne nous sommes pas seulement engagés dans la reconstruction du massif, nous avons aussi initié une véritable réflexion pluridisciplinaire sur l’ensemble du massif forestier et de cette filière. Ce volontarisme s’exprime notamment à travers l’étude prospective commandée à l’INRA sur l’avenir du massif des Landes de Gascogne, par la structuration de cette filière en cluster (Xylofutur), ou encore avec la création de l’Association Aquitaine Carbone et le souci apporté à la valorisation des bois et à la lutte contre le scolyte.

C’est autant pour des raisons environnementales qu’économiques et sociales que notre groupe soutient pleinement la politique conduite par Alain Rousset et Béatrice Gendreau. L’Aquitaine que nous bâtissons pour demain se fait dans le respect de la diversité des territoires et en partenariat avec les acteurs économiques locaux.

La décision de l’UNESCO de faire de 2011 l’année de la forêt correspond en tous points à cette politique. L’UNESCO souligne ainsi l’importance de la forêt, pour la diversité biologique, la réduction des gaz à effets de serre ou encore son rôle économique. Nous souscrivons pleinement à ce projet visant à tisser un lien entre les hommes en les rendant solidaire dans leur effort pour un environnement préservé.

Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Vice-Président au sport, à la jeunesse et à la vie associative


Découvrez et téléchargez "Le changement" : Le projet socialiste pour 2012 - 11/04/2011
Le Parti Socialiste a dévoilé son projet pour 2012 intitulé "Le changement".

Faisons connaître le projet !


Découvrez, téléchargez et diffusez le projet du PS pour 2012 en cliquant ci dessous !



PDF - 1.5 Mo
Le changement - Le projet socialiste pour 2012
Intervention de Stéphane Delpeyrat en séance Plénière - 31/03/2011
Intervention de Stéphane Delpeyrat, Président du Groupe PS-PRG, Vice-Président de la Région Aquitaine
"Oui, nous avons longtemps partagé une position unanime sur le nucléaire, à l’exception des Verts. Mais aujourd’hui, avec les évènements du Japon, de nombreux présupposés sont remis en cause.


J’ai déjà évoqué le problème du lobbying nucléaire qui a jusqu’ici empêché au plus haut niveau de l’état l’émergence des énergies nouvelles. Je regrette que le volet "énergie", depuis le départ de Jean Louis Borloo, ne soit plus traité par le ministère du développement durable mais par le ministère de l’industrie, entrainant notamment le moratoire sur le "photovoltaïque ", gommant ici de nombreuses ambitions en matière d’environnement. Plus rien ne sera désormais comme avant. Nous devons tirer de vraies leçons de cette catastrophe. Elle questionne sur le problème majeur de maîtrise des risques.


L’Allemagne a pris conscience de la gravité des évènements du Japon, et l’a confirmé dans les urnes ce week-end. Le choix n’est pas à faire entre croissance ou nucléaire. La France, peut de part ses compétences et son savoir faire, être un moteur dans le développement des énergies renouvelables et créer de nombreux emplois dans ce secteur. Encore faut-il que l’Etat nous permette d’accompagner, dans la cohérence et la raison, ce positionnement ambitieux…


La région Aquitaine qui a déjà beaucoup investi est disponible pour prendre toute sa part à cette indispensable transition énergétique".


Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG
Vice-Président du Conseil Régional d’Aquitaine



Aquitaine infos n°1 : Le journal du Groupe PS-PRG Région Aquitaine - 21/02/2011
Le groupe PS-PRG et apparentés vous invite à découvrir ce premier numéro du journal "Aquitaine infos".
Ce premier numéro est entièrement consacré au budget régional 2011.



Cliquez ci-dessous afin de télécharger le journal "Aquitaine infos" au format Adobe Pdf :


PDF - 1.9 Mo

Vos remarques et suggestions peuvent être adressées à groupe.socialiste@ps.aquitaine.fr


Communiqué de Presse du Groupe PS-PRG Région Aquitaine - 17/02/2011
Les élus du groupe PS-PRG de la Région Aquitaine tiennent à exprimer leur opposition aux permis de recherche des gaz de schiste ayant été délivrés, ou étant en passe de l’être, sur le département de la Dordogne.



JPG - 16 ko

Les élus du groupe PS-PRG de la Région Aquitaine tiennent à exprimer leur opposition aux permis de recherche des gaz de schiste ayant été délivrés, ou étant en passe de l’être, sur le département de la Dordogne.


En effet, l’exploration du gaz de schiste est particulièrement polluante et destructrice pour l’environnement. La technique utilisée dans le cadre de ces recherches est particulièrement coûteuse en eau et présente en outre de graves risques de pollution des nappes phréatiques en raison de l’utilisation irraisonnée de produits chimiques.


A l’heure où tous les français partagent une même préoccupation environnementale, il est stupéfiant et aberrant de constater que le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer délivre ainsi des permis de polluer sans aucune concertation préalable, sans dialogue avec les élus et les associations de ce territoire et sans études d’impact.


C’est pourquoi, soucieux de préserver un espace naturel emblématique de l’Aquitaine et de la France, nous demandons solennellement au Gouvernement de suspendre ces permis dans l’attente de clarifications sur les techniques utilisées et sur leur impact écologique.


Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG
Vice-Président du Conseil Régional d’Aquitaine

Benoît Secrestat
Conseiller Régional d’Aquitaine
1er Secrétaire Fédéral de Dordogne du PS




Cliquez sur l’icône ci-dessous afin de télécharger le Communiqué de Presse du Groupe PS-PRG Région Aquitaine au format Adobe Pdf :

PDF - 57.7 ko
Le conseil régional d’Aquitaine volontaire pour prendre en charge la formation des détenus - 03/02/2011
Le Conseil régional d’Aquitaine s’est porté volontaire pour cette expérimentation sur la période 2011-2012 afin de porter l’enjeu de l’accès à la qualification de ces personnes.
C’est la seule région, à ce jour, à s’être portée volontaire avec les Pays de la Loire.


La loi sur les libertés et responsabilités locales du 13 août 2004, énonce que « La Région définit et met en œuvre la politique d’apprentissage et de formation professionnelle des jeunes et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle ». Dans la continuité de cette volonté de décentralisation, l’Etat a voulu expérimenter le transfert de l’organisation et du financement de la formation professionnelle des personnes détenues vers les régions qui le souhaitent.
Le Conseil régional d’Aquitaine s’est porté volontaire pour cette expérimentation sur la période 2001-2012 afin de porter l’enjeu de l’accès à la qualification de ces personnes. C’est la seule région, à ce jour, à s’être portée volontaire avec les Pays de la Loire. La Région Aquitaine prendra ainsi en charge la formation des détenus dans les 7 établissements pénitentiaires de la région sous gestion publique. L’ensemble de cette offre de formation constituera les fondements du futur Schéma Régional des formations des personnes détenues que devrait mettre en œuvre la Région en 2011.
Concrètement, un comité de pilotage régional est constitué pour réaliser la construction, le suivi et l’évaluation de la programmation et participer également à la démarche d’évaluation nationale de cette expérimentation. Une Commission Locale de Formation (CLF) est mise en place dans chaque établissement pour assurer l’analyse des besoins et préparer et assurer le suivi des dispositifs de formation.
Les actions de formation, à travers un parcours personnalisé, viseront à élaborer un projet professionnel et à définir les étapes pour le mener à terme notamment dans l’objectif de préparer la sortie des personnes détenues en favorisant la poursuite après la détention des actions entamées. Ces actions pourront s’articuler autour de 3 temps de formation successifs : mobilisation, pré-qualification, qualification. La Région s’engage à permettre l’accès de toute personne placée sous main de justice à ses programmes de formation professionnelle continue.
Le transfert des crédits de l’Etat, pour la période de l’expérimentation, sera d’un million d’€ annuels.

Intervention de Stéphane Delpeyrat en séance plénière (budget régional) - 18/01/2011
Le budget régional est (…) une stratégie pour l’industrie, l’emploi, pour les infrastructures, pour la préparation de l’avenir, mais aussi de développement durable parce qu’au delà des TER et des transports collectifs, nous avons un plan climat, nous avons le programme REVERSE, nous avons une agence de la biodiversité…


Je voudrais remercier tout d’abord Isabelle BOUDINEAU pour la préparation de cet exercice budgétaire et pour tout le travail de préparation en amont, et associer bien entendu les services qui l’ont assistée dans ce travail. Ce budget a fait l’objet d’un certain nombre de choix et d’arbitrages stratégiques. D’abord il y a un contexte : ce contexte même si Dominique DUCASSOU s’est employé à amenuiser les difficultés que nous pouvons aujourd’hui rencontrer et à repeindre parfois la réalité en rose. Mais attention à force de repeindre la réalité en rose il se pourrait bien qu’en 2012 vous ayez de mauvaises surprises… Plus sérieusement, le contexte c’est la réforme territoriale qui impacte directement les finances du Conseil régional alors certes peut être pas immédiatement cette année mais notre responsabilité est de gérer cette région dans la durée.

Nous le savons tous comme élus locaux, vous parliez de la réforme de la Taxe Professionnelle et de sa compensation par la CVAE. Vous savez très bien en réalité que d’une part nous perdons la dynamique des bases de Taxe Professionnelle qui évoluaient de 5 à 6 % par an, et nous sommes un certain nombre de maires ou présidents de CDC ici à bien savoir que les réformes successives de la taxe professionnelle ces dernières années quel que soient les garanties qui avaient été apportées par l’Etat et quels que soient les gouvernements, se sont traduites par la perte de la dynamique fiscale mais aussi par un amenuisement de ce qui était garanti au départ, par exemple, pour les communes à la fusion de la DGF avec une partie de la compensation de la Taxe Professionnelle. Par conséquent, vous savez bien qu’à l’avenir les choses ne se passeront pas comme vous les avez présentées tout à l’heure c’est à dire de manière équilibrée malheureusement. En effet c’est un contexte d’affaiblissement des ressources régionales, de crise économique qui fait que les entreprises et les salariés au chômage ou en formation et les associations se tournent de plus en plus vers la Région. C’est vrai aussi des autres collectivités territoriales. Vous disiez tout à l’heure c’est un budget banal. Beaucoup de collectivités aimeraient présenter un tel budget d’investissement ! Un budget en hausse, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas des conseils généraux si j’en crois la préparation des orientations budgétaires des uns et des autres, ni le cas de beaucoup d’autres régions qui présentent un budget en baisse. C’est donc un contexte particulièrement difficile et le choix qui se présentait à nous était celui de la prudence, de l’hésitation, d’attacher les voiles ou d’entraîner l’économie régionale par l’investissement. Le Président et sa majorité ont fait le choix de l’industrie, de l’emploi et donc de préparation de l’avenir. Voir la part de l’industrie en France dans le PIB reculer à moins de 15% alors qu’en Allemagne il est de 30%, est aujourd’hui un défi considérable devant nous. Parce qu’il n’y aura pas de possibilités, ni dans le champ social pour redistribuer, ni pour la transition environnementale que nous voulons et devons préparer si le tissu industriel de notre pays se défait. Nous n’aurons plus les moyens financiers de porter l’ensemble de nos politiques, à la fois la solidarité nationale et la préparation à la transition environnementale. C’est toute la logique de ce budget à travers le développement économique, à travers la préparation de l’avenir avec le plan CAMPUS et le soutien à l’université, à travers notre politique en matière d’infrastructures qui va permettre à la Région d’accéder aux grandes voies de communications rapides et sûres dont elle est aujourd’hui privée.

Monsieur DUCASSOU, vous parliez de l’endettement que vous nous décrivez comme un modèle de relance keynésienne : « il faut emprunter et puis nous aurons le retour sur investissement de dépenses d’avenir ». D’abord vous omettez de signaler que c’est en partie ce que nous faisons et, notamment, pour la LGV nous avons un emprunt considérable pour les années qui viennent. Le modèle que vous nous présentez c’est un modèle d’avant réforme territoriale parce que les produits de la Région étaient en droit d’attendre un retour sur investissement, notamment avec la Taxe Professionnelle. Ce retour sur investissement dans les années futures nous en sommes privés. Nous ne pourrons pas récupérer par la dynamique fiscale et les bases fiscales, faute d’autonomie fiscale, le fruit d’un investissement aujourd’hui. Faire le choix d’emprunter encore plus massivement dans un contexte à la fois où l’Etat gèle ses dotations et où nous sommes privés de notre autonomie fiscale est un choix aujourd’hui irresponsable pour la Région Aquitaine. Et le Président a rappelé la situation dans laquelle s’est trouvée la Région du fait de ce type de raisonnement en 1998, sans parler de ce que nous pouvons constater actuellement au niveau national avec une dette abyssale de 1 500 milliards d’€. Je crois que ce budget répond aux attentes des aquitains même si je peux comprendre les interrogations d’Alain BACHE sur nos interventions économiques. Matthias FEKL a d’ailleurs engagé un travail afin de voir ce que nous pouvons faire en matière de conditionnalité des aides. Mais la préoccupation n°1 de nos concitoyens reste l’emploi et notamment l’emploi industriel parce qu’il n’y aura pas de maintien des emplois de services sans un tissu industriel fort. Là encore n’opposons pas les territoires. Bien sûr qu’il y a un phénomène de métropolisation à Bordeaux, tout comme c’est le cas au BAB ; mais la Région conduit une politique extrêmement forte à travers les contrats de pays, les contrats d’agglomération, à travers ce que nous faisons en matière de TER ou encore en matière de développement économique…et cela impacte l’ensemble du territoire aquitain. En ce qui concerne la LGV, je me réjouis du maintien des crédits malgré les aléas que nous impose l’Etat en ce moment. Ce serait un mauvais signal de reporter aujourd’hui notre action sur la LGV, signal dont s’empareraient d’autres collectivités pour prôner leur positionnement sur la LGV. Nous avons besoin de la LGV dans notre Région et je voulais dire amicalement à Monique De MARCO que le plan rail aquitain c’est bien autre chose que la LGV : nous n’opposons pas la LGV et les TER pour lesquels l’effort se poursuit et augmente encore, nous n’opposons pas les voies nouvelles et la régénération des voies pour laquelle nous sommes pleinement engagés parfois à la même place de l’Etat, nous allons même sur des voies nouvelles comme en témoigne la Pau-Canfranc. Le budget régional est bien là, c’est une stratégie pour l’industrie, l’emploi, pour les infrastructures, pour la préparation de l’avenir, mais aussi de développement durable parce qu’au delà des TER et des transports collectifs, nous avons un plan climat, nous avons le programme REVERSE nous avons une agence de la biodiversité…

Alors oui je pense que c’est un projet qui prépare l’avenir de l’Aquitaine. J’ai cru comprendre, dans les interventions du MoDem et de l’UMP, que certains préparaient d’autres échéances peut être plus départementales, que nous avions entre eux une tonalité inhabituelle peut être liée à des noces cantonales mais j’ai cru comprendre que la dot sera la dette et ça je ne suis pas sûr que ce soit bon pour l’avenir de l’Aquitaine. 

Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Vice-Président au sport, à la jeunesse et à la vie associative


Aquitaine infos n° 39 : Pour une région ouverte et accessible - 29/12/2010
Notre groupe entend mener une politique solidaire dans tous les domaines pour le plus grand bénéfice des aquitains, le développement des transports est emblématique de notre volonté.
La Région Aquitaine est la 3e plus grande région de France. A ce titre, et compte tenu de l’étendue de ce territoire, le développement des transports figure parmi les priorités que nous nous sommes fixées. Si nous entendons privilégier le rail, l’intermodalité et les modes de circulation douce, il était cependant essentiel de favoriser une liaison rapide et sûre sur l’axe Bordeaux-Pau. Mont-de-Marsan à une heure de l’entrée de Bordeaux et Pau à une heure et demie de la métropole régionale, c’est ce que permettra l’A65.

Au delà du gain de temps incontestable dont bénéficieront le nord-est des Landes et le Béarn, et sans tirer de conclusions hâtives, c’est un nouvel élan économique et touristique de ces territoires que nous attendons grâce à la réalisation de l’A65. Cette réalisation permettra également de sécuriser cette liaison. Une infrastructure de ce type manquait afin d’assurer l’indispensable cohésion de l’Aquitaine. Les liaisons ferroviaires et routières permettent et facilitent les échanges. Il s’agit pour notre région d’une chance et d’un atout pour la réussite de nos politiques économiques et de nos entreprises. Nous ne souhaitons pas une région repliée sur elle-même et de telles infrastructures sont indispensables afin de faciliter nos échanges en France et en Europe. Il est également de notre devoir de donner à chacun de nos territoires, et à chacun des aquitains, les moyens de réussir. A travers la réalisation de l’A65, du cadencement des TER régionaux et du projet de LGV, nous donnons à l’Aquitaine les moyens de se réaliser pleinement à travers l’espace européen.

Le groupe PS, PRG et apparentés entend mener une politique solidaire dans tous les domaines pour le plus grand bénéfice des aquitains et le développement des transports est emblématique de notre volonté. Tel est le sens de notre engagement à votre service.

Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Vice-Président au sport, à la jeunesse et à la vie associative

Une ambition pour la jeunesse - 19/11/2010
Parce qu’elle nécessite une réponse globale, la région Aquitaine prend en compte les besoins de la Jeunesse dans l’ensemble de ses politiques.
A travers l’ensemble de nos actions, il s’agit pour nous d’être au quotidien, à chaque étape de leur vie, de la formation à l’accès à l’emploi, aux côtés des jeunes Aquitains.

Émilie Coutanceau
Conseillère Régionale
déléguée à la vie étudiante et à la jeunesse

Parce qu’elle nécessite une réponse globale, la région Aquitaine prend en compte les besoins de la Jeunesse dans l’ensemble de ses politiques.


Ainsi, la Région impulse des actions et dispositifs pour sécuriser le parcours des jeunes en formation : opération coup d’pouce pour 32 000 lycéens (aide pour l’achat des livres, boite à outils…) ; 19 000 apprentis accompagnés financièrement pour leur transport, restauration et leur hébergement, 16 791 jeunes des missions locales entrés en formation, gratuité des études pour 1 000 futurs aides-soignante, 6 milllions d’€ pour les étudiants boursiers des formations sanitaires et sociales…
En matière de logement, la région a rénové les résidences lycéennes, créé une aide financière pour les stagiaires en formation et participé à la construction de 3 200 nouveaux logements étudiants. Elle favorise la mobilité des jeunes : 1 500 bénéficiaires de la carte aquitaine étudiant, 10 000 jeunes partis à en séjour à l’étranger.
Elle agit pour l’égalité d’accès à la culture, au sport, aux loisirs, à la santé : coup d’pouce culture pour 12 000 jeunes, opération Kiosque pour familiariser les lycéens avec la presse, éducation par le sport, départ en vacances de 300 jeunes grâce à « sac ados », bilan de santé pour 4 500 jeunes en formation.


Le Conseil régional encourage les initiatives citoyennes, et les projets innovants avec l’appel à projet Initiatives jeunes ou bien encore le Festival des Lycéens et des Apprentis, où chaque année près de 5 000 jeunes se retrouvent pour partager, échanger, être acteur et spectateur autour de projets culturels, scientifiques ou de solidarité.


Les jeunes ont des projets et une ambition pour leur Région. Pourtant, ils sont souvent les premières victimes de la crise. La volonté d’Alain Rousset et du Conseil Régional est de créer toutes les conditions de la réussite de leur projet éducatif, professionnel et personnel. A travers l’ensemble de nos actions, il s’agit pour nous d’être au quotidien, à chaque étape de leur vie, de la formation à l’accès à l’emploi, aux côtés des jeunes Aquitains.

Émilie Coutanceau
Conseillère Régionale
déléguée à la vie étudiante et à la jeunesse



Tribune du groupe PS-PRG et apparentés publiée dans le journal d’information du Conseil Régional d’Aquitaine n°38 (novembre-décembre 2010)
Tribune de Stéphane Delpeyrat : L’Aquitaine ouverte et solidaire - 30/07/2010
Une région ouverte, solidaire, accessible : attractive !
Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
La solidarité à laquelle nous, élus socialistes, PRG et apparentés sommes attachés se manifeste dans les interventions de la Région ; Elle s’exprime notamment dans l’équité que nous souhaitons entre les territoires Aquitains, en les rendant accessibles et accueillants. Nous intervenons au cœur des territoires pour les rendre attractifs, tant sur le plan économique que touristique ;


Ainsi, nous avons mis en place en lien avec nos compétences d’aménagement du territoire et de développement économique, une politique touristique innovante visant à renforcer le tourisme vert, l’éco-tourisme et le tourisme social.


Cette volonté est partagée par la nouvelle présidente du Comité Régional du Tourisme en Aquitaine, Régine MARCHAND (conseillère régionale PRG), élue le 16 juin dernier. Le CRTA a pour mission de promouvoir notre région et doit mettre en place une nouvelle stratégie audacieuse. Pour que les Aquitains « vivent l’aquitaine » mais aussi pour qu’ils la partagent en ouvrant notre région à la France et à l’Europe il nous faut porter avec détermination nos projets structurants comme la LGV.


Ainsi, en cette période estivale, nous attendons de nombreux visiteurs en Aquitaine. Nous ne devons pas oublier que la gauche a permis à l’ensemble des Français d’accéder aux congés payés et de profiter d’un aménagement du temps de travail avec la réforme des 35 heures. Il faut noter que ces deux réformes favorisent directement le développement touristique, notamment dans notre région.


Cependant, aujourd’hui, en pleine réforme des retraites, il faut s’interroger : ces acquis majeurs, équitables, nécessaires à notre équilibre social ne pourraient-ils pas eux aussi être remis en question ?


Nos conseillers régionaux sont mobilisés pour préparer l’avenir de notre Région et veiller à la sauvegarde de nos droits, pour une Aquitaine solidaire, écologique, innovante et attractive !


Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS, PRG et apparentés
Vice-Président du Conseil Régional



Tribune du groupe PS-PRG et apparentés publiée dans le journal "L’Aquitaine" n° 37 (Août-Septembre 2010)
Tribune de Stéphane Delpeyrat : La Gauche rassemblée - 25/06/2010
"Nous continuerons à préparer l’avenir de notre Région et accorderons une attention toute particulière à l’économie au moment où se multiplient les licenciements sans que le gouvernement ne réagisse."
S. Delpeyrat
Président du groupe PS-PRG et apparentés
Les élections régionales de mars dernier ont permis la large victoire de la liste menée par Alain Rousset. Cette victoire que nous partageons avec nos partenaires du PRG, du MRC, d’Europe Ecologie et du Front de Gauche, est celle d’une gauche rassemblée. L’union opérée au second tour avec Europe Ecologie et le Front de Gauche est un rassemblement dynamique qui a fait la preuve de son efficacité.


Un accord fondé sur le respect mutuel, des valeurs et un projet commun. La victoire obtenue est donc celle de l’unité et de la clarté. Elle est aussi le fruit de la reconnaissance de l’action conduite par Alain Rousset à la tête de la Région Aquitaine depuis douze ans. Notre ambition a été de favoriser le développement de la Région, de soutenir les jeunes, la recherche, l’innovation et l’emploi. Une gestion rigoureuse et efficace nous permet désormais de mener à bien les grands investissements dont nous avons besoin pour préparer l’avenir ( TGV, universités, etc.). Le succès de la gauche aux élections régionales sonne également comme un désaveu pour le gouvernement.


En ces temps de crise, nos concitoyens ont exprimé leur mécontentement face aux injustices sociales engendrées par l’action gouvernementale. Les Français ont également plébiscité les présidents de Région sortants et ont témoigné leur attachement envers une institution d’avenir que le président de la République veut mettre en péril dans le cadre de la réforme territoriale. La confiance que nous ont apportée les Aquitains conforte notre projet. Nous aurons à coeur de poursuivre et d’amplifier cette action au service du plus grand nombre face à un gouvernement qui s’est mis aux service des privilégiés. Pour ce nouveau mandat, nous développerons les liaisons ferroviaires et le fret, nous conduirons une grande politique pour la jeunesse et l’emploi dans le respect de notre environnement. Nous continuerons à préparer l’avenir de notre Région et accorderons une attention toute particulière à l’économie au moment où se multiplient les licenciements sans que le gouvernement réagisse. (Capdevielle, etc.). C’est avec dévouement que nous ferons face à ces défis.


Stéphane Delpeyrat
Président du groupe PS, PRG et apparentés
Vice-Président du Conseil Régional


Tribune du groupe PS-PRG et apparentés publiée dans le journal "L’Aquitaine" n° 36 (Mai-Juin 2010)
Travaux en cours sur le site - 08/06/2010
Le site Internet du groupe PS-PRG et apparentés sera prochainement mis à jour.

Suite aux élections régionales de mars dernier, le site Internet du groupe va prochainement évoluer et il nous a semblé important de vous présenter les différentes rubriques du site Internet en vous détaillant les modifications envisagées.

- Actualités : Vous retrouverez ici des articles relatifs à la politique régionale et aux positions du Parti Socialiste et du Parti Radical de Gauche.

- Le groupe : Nous détaillerons ici le fonctionnement de notre groupe politique ainsi que nos ambitions pour ce nouveau mandat.

- Les élus : Vous découvrirez ici une présentation imagée de nos élu(e)s.

Pour toutes questions, remarques ou demandes, merci de nous écrire à groupe.socialiste@ps.aquitaine.fr .


Accéder aux archives

Région Aquitaine - Hôtel de Région - 14 rue François de Sourdis - 33077 Bordeaux - FRANCE
Tél. : +33(0)5 57 57 80 00 - Fax : +33(0)5 56 24 72 80 - Contact technique : webmestre@groupes-politiques.aquitaine.fr